Une situation contrastée des évolutions des délais de paiement

Ce mardi 28 septembre, le rapport de l’Observatoire des délais de paiement a été officiellement présenté au Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance. Comme chaque année Intrum a contribué à l’Observatoire, qui présente l’état des lieux et l’impact de la pandémie sur les délais de paiement des entreprises et acteurs publics français.

En 2020 la situation financière s’est dégradée en France, avec des retards de paiement BtoB dépassant les 15 jours, conséquence de la crise sanitaire et de son impact sur l’organisation des entreprises. Elles ont été confrontées à des difficultés à la fois matérielles et financières pour faire face à leurs obligations de paiement.

La dégradation reste cependant modérée puisque les retards de paiement inter-entreprises sont revenus à une moyenne de 12.2 jours en 2021. Un niveau encore supérieur à la moyenne d’avant crise (11.5 jours en 2019). Ces retards de paiement ont été contenus grâce à l’intervention des pouvoirs publics pour maintenir la trésorerie des entreprises à travers les PGE et le fonds de solidarité. Mais également grâce à la « solidarité intra-filière », déclare la présidente de l’Observatoire des délais de paiement. «Les entreprises ont pu adapter leurs conditions de règlement aux besoins de leur écosystème et contribuer par une attitude vertueuse et responsable à maintenir la trésorerie de leurs partenaires économiques » confirme Jean-Luc Ferraton, Directeur Général d’Intrum France.

Les PME sont les plus touchées par les retards de paiement car elles disposent de réserves moins importantes et dépendent de flux réguliers contrairement aux grandes entreprises. 46% des PME françaises estiment que l’écart qui se creuse entre délais contractuels et délais effectifs est un réel risque pour la croissance et la pérennité de leur activité[1]. « En l’absence des retards de paiement, les PME disposeraient de 19 milliards d’euros de trésorerie supplémentaire » poursuit le ministre, Alain Griset. La Banque de France annonce que le respect des délais de paiement constituera à compter de l'an prochain un élément de la cotation des entreprises de taille importante. Démontrant ainsi qu’ils sont un enjeu essentiel de la santé financière des entreprises.

La reprise de l’activité économique apportera son lot de challenge pour les entreprises qui devront mettre en place des stratégies de relance du poste client efficaces pour optimiser leur trésorerie.

 

[1] European Payment Report 2021