L’European Payment Industry White Paper 2018

Les retards et les défauts de paiement sont des problèmes importants pour les entreprises européennes. En 2018, 6 PME sur 10 déclarent avoir dû accepter des délais de paiement avec lesquels elles ne se sentaient pas à l’aise. Et 28% des entreprises ont subi des retards ou défauts de paiement qui ont bloqué leur développement.

L’European Payment Industry White Paper 2018 présente un état des lieux par secteur et une analyse de l’impact des retards et défauts de paiement sur les économies et les entreprises européennes. Ces données sont issues de l’étude European Payment Report 2018 menée auprès de 9,607 entreprises européennes.

Les retards de paiement sont courants

Les retards de paiement sont devenus courants dans de nombreux secteurs d’activité. Parmi les différents acteurs, les particuliers sont les plus ponctuels et paient les entreprises européennes dans les délais impartis. Celles-ci, au contraire, paient leurs confrères avec un retard moyen de 2 jours. Les organisations publiques sont, quant à elles, encore moins ponctuelles puisqu’elles paient en moyenne avec 6 jours de retard. Si nous analysons le secteur « Professionnel, scientifique, technique, administration et services supports à l’activité », le rapport montre que le retard moyen est de 28 jours.

Des paiements plus rapides généreraient plus d’opportunités d’emploi

L’étude montre que 20% des entreprises européennes recruteraient davantage si les paiements étaient plus rapides. Ce chiffre a diminué de 23% par rapport à 2017. Ce sont les secteurs minier, financier et assurance qui présentent les taux les plus élevés.  

Pression pour accepter des délais de paiement plus longs

Les entreprises subissent des pressions pour accepter un rallongement de leurs délais de paiement. Près de 6 entreprises sur 10 (59%) déclarent avoir reçu des demandes en ce sens et 56% avouent avoir accepté. Dans le secteur de la communication et de l’information, plus de 7 entreprises sur 10 (72%) ont été sollicitées pour rallonger leurs délais tout comme dans l’industrie (70%).

Principales causes de retard de paiement

Les causes des retards de paiement varient d’un secteur à l’autre, même si les plus communes restent, comme en 2017, les difficultés financières (pour 62% des entreprises) et les retards intentionnels (pour 48%).

Opportunité d’amélioration

Les entreprises peuvent choisir un éventail d’actions pour se prémunir contre les retards et défauts de paiements. Les résultats de notre étude montrent que le degré de précaution varie d’un secteur à l’autre. Néanmoins, près d’un tiers (32%) des entreprises interrogées n’utilise pas les précautions de base pour se prémunir des mauvaises pratiques, comme les études de solvabilité, le prépaiement ou le recouvrement de créances. Dans l’administration publique, près de la moitié (47%) des entreprises déclare n’utiliser aucune précaution.