Black Friday 2020 : Cette année, 1 européen sur 2 souhaite limiter ses dépenses pour réduire son impact sur l’environnement

Le black Friday se tient finalement ce vendredi 4 novembre en France compte tenu de la situation sanitaire et des dernières mesures de réouverture des commerces.

Notre étude European Consumer Payment Report 2020 (qui sera mise en ligne prochainement) montre une tendance grandissante en faveur d’une consommation plus responsable notamment chez les jeunes femmes.

Le Black Friday (habituellement le dernier vendredi du mois de novembre, décalé en France à cause de la crise sanitaire) est une journée de promotions et de soldes qui a débuté aux Etats-Unis et qui est désormais un événement mondial.

Cette année, notre étude European Consumer Payment Report 2020 montre que la prise de conscience de l’urgence climatique et de comportements en faveur de l’environnement poussent de nombreux européens à limiter leurs dépenses.

Des dépenses plus durables et responsables

Selon les résultats de notre enquête, près d’un consommateur sur 2 (47%) a déclaré avoir limité ses dépenses par responsabilité pour l’environnement et le développement durable. C’est un chiffre en augmentation par rapport à l’an passé, 42%.

Les jeunes femmes sont les plus sensibles au développement durable parmi nos répondants :

  • 50% des femmes, génération Z (18-21 ans) et Millenials (22-37 ans) ont déclaré réduire leurs dépenses afin de limiter leur impact sur l’environnement.
  • Mais les autres tranches d’âges sont également de plus en plus engagées sur ces questions : 44% parmi les 65 ans et plus ainsi que 48% parmi les 38-44 ans)
  • Enfin 44% des hommes se disent motivés pour des dépenses plus durables et responsables.
Mon intérêt pour le développement durable m’a motivé(e) à limiter mes dépenses, (personnes en accord avec l’affirmation) répartition par tranches d’âges, 2019 vs 2020.

 

En Roumanie et au Portugal, cette sensibilité est encore plus présente puisque 65% des consommateurs dans ces pays limitent leurs dépenses pour l’environnement. Cela est moins le cas pour les consommateurs du Royaume-Uni (36%), du Danemark (37%) et de l’Allemagne (38%).

Mon intérêt pour le développement durable m’a motivé(e) à limiter mes dépenses, répartition par pays, 2020.

Pourquoi assistons-nous à ces changements de comportements de consommation ?

Le débat sur notre consommation quotidienne et son impact sur l’environnement est de plus en plus présent partout en Europe.

L’urgence climatique est un sujet omniprésent et de plus en plus de consommateurs y sont sensibles. Beaucoup d’entre eux considèrent que c’est de leur responsabilité de prendre part à ce combat pour le climat, l’environnement et pour la réduction des déchets.

Une journée mondiale organisée le 23 novembre dernier était d’ailleurs dédiée à l’économie circulaire : #CircularMonday pour encourager les consommateurs à réutiliser, réparer et vendre leurs vêtements ou tout autre bien qu’ils comptaient jeter. Les organisateurs souhaitaient inciter et sensibiliser le plus grand nombre à l’économie circulaire.

Les réseaux sociaux sont souvent pointés du doigt pour inciter les consommateurs à la (sur)consommation. Mais notre étude montre également que ces mêmes réseaux sociaux ont également un effet positif sur les comportements :

  • 35% des consommateurs européens disent qu’ils les ont aidé à mieux connaître les produits plus éthiques et responsables;
  • Même dans les pays où les réseaux sociaux jouent un rôle moins important, ils influencent tout de même plus d’un quart des consommateurs dans leurs achats et dépenses (France, Belgique, Lettonie, Pays-Bas et Allemagne).
Les réseaux sociaux m’ont sensibilisé(e) à l’achat de biens éthiques et responsables, répartition par pays.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre étude ?